Titre
Nouvelles Hiéroglyphes
Galerie Biblio
plan du site Liens
Accueil Contact

Astrologie antique

  • Les anciens sages d'Égypte furent les premiers à étudier le mouvement des astres, à établir un calendrier et à essayer de prévoir les éclipses. Ce sont eux qui donnèrent des noms d'animaux aux constellations (zodiaque), de même que leurs dieux sont des animaux ou des êtres à tête d'animal. Trouve-t-on ailleurs que chez les Égyptiens de l'Antiquité cette figuration mi-animal, mi-humaine ? L'origine de l'astrologie ne se trouve pas en Mésopotamie : il n'y avait rien de semblable à cette époque lointaine chez les Sumériens selon Diodore de Sicile. Qu'on lise le Chapitre LXIV du fameux LIVRE DES MORTS, pour s'en rendre compte, c'est le plus ancien texte connu.
    Si l'étoile Sirius était révérée par les anciens Égyptiens, c'est parce que son apparition dans les lueurs de l'aube coïncidait avec le début des crues du Nil. Sirius est appelée Sopdet en égyptien, mot à l'origine du mot canicule .

  • Le mystère de la grande pyramide de Gizeh en est le témoignage scientifique, architectural le plus extraordinaire de ce passé fabuleux. A force d'étudier les phénomènes célestes, les anciens Égyptiens devinrent les Maitres du Temps et de l'Espace, ils excellèrent dans la navigation comme dans l'agriculture, l'architecture, l'organisation, et même plus que cela, ce qui explique l'éclosion de la Civilisation égyptienne au néolithique.

  • Autrefois l'astrologie, l'astronomie et la mathématique ne faisaient qu'un. Un même nom les désignait : l'astrologie, laquelle a son berceau en Égypte. De nombreux égyptologues, dans le désir de diminuer les connaissances des Anciens Égyptiens, nient farouchement ce savoir astronomique et, en particulier, l'établissement de l'année de 365 jours en se basant sur de telles données. On leur doit aussi la division du temps diurne et nocturne, et même la semaine basée sur le nombre 7, leur calendrier étant basé sur le cycle solaire et sur le cycle lunaire (de 28 jours) : chaque jour étant dédié à un astre.

  • Or, il est de notoriété publique que les Anciens mesuraient les douze heures du jour au moyen du gnomon (ou cadran solaire) et les douze heures de nuit avec la clepsydre (ou horloge à eau) et les observations de levers d'étoiles. Il leur était donc aisé par la seule observation de la longueur de l'ombre solaire - en une seule année - d'établir la durée du temps s'écoulant entre l'ombre la plus courte (solstice d'été) et l'ombre la plus longue (solstice d'hiver) : le retour de l'ombre la plus courte, retour périodique d'ailleurs, permettant de déterminer l'année de 365 jours.
    Si l'on veut bien admettre que les Égyptiens disposèrent de plusieurs siècles pour contrôler ces observations, on ne s'étonnera pas de la précision de leurs calculs puisque leur période de 365 jours 1/4 pour le lever héliaque de Sirius (phénomène céleste exceptionnel) ne peut résulter que de très longs siècles d'observation rigoureuse. Leur calendrier est le premier jamais établi ...et il est toujours utilisé par nous !!!

  • Les Anciens Égyptiens ont initié ensuite les Grecs. Les Grecs, eux-même, l'ont affirmé :
    « Quant à ce qui concerne les choses humaines, voici ce que les Égyptiens disent d'un commun accord. Suivant eux, ils sont les premiers qui ont trouvé l'année, divisé en douze mois avec les saisons qu'elle renferme. C'est l'observation assidue du cours des astres qui leur a fait adopter cette division... Ce sont eux aussi qui sont regardés comme les premiers inventeurs des noms donnés aux douze dieux, et les Grecs les ont emprunté d'eux. » (Hérodote II, 4). Platon précise : « Cette étude des astres dura pendant 10 000 ans, ou un temps pour ainsi dire infini. » Pour Simplicius, « les Égyptiens possédaient des observations écrites d'étoiles n'embrassant pas moins de 63 myriades d'années »... En clair, 630 000 ans !

  •  L'astrologie, si elle structure le temps, structure aussi l'espace. Elle est basée sur un système de directions angulaires par rapport à la terre. Aussi la géométrie du cercle est d'une importance capitale. Elle a pour base la division privilégiée du cercle en 6, établie facilement en reportant 6 fois le rayon sur le cercle, puis en 12 en divisant chaque côté de l'hexagone ainsi tracé en 2. Les 360° du cercle permettaient magnifiquement cette division en 12 parties égales. Cette division du cercle en 360° existait déjà au XIIIe siècle av. JC., elle est attestée par la découverte que l'on fit dans la tombe de Ramsès II (XIXe dynastie, soit 1290—1223 av. JC.) : ''Lorsqu'on ouvrit la tombe de Ramsès Il, on y trouva deux cercles d'or divisés en 360° et marqués de symboles indiquant le lever et le coucher des étoiles" (1).
    Quant aux 36 décans de 10° chacun, on les trouve gravés sur le couvercle d'un sarcophage du moyen-Empire (2000—1800 av. J-C.).

  • Dépouillée des piteuses recettes accumulées au cours des siècles passés pour remplir les quotidiens (2), l'astrologie nous apparaît comme une très vieille sémantique, un langage, une parole chargée de sens, et une véritable science aboutissant à des résultats extraordinaires. En fait, l'astrologie que pratiquaient les anciens Égyptiens venait certainement des Atlantes qui avaient trouvé refuge en Égypte. Cette astrologie prenait en compte le mouvement de précession des équinoxes (redécouvert par Hyparque de Samos, mathématicien grec, environ 150 ans avant J.C.). Elle ne date pas des Grecs du temps d'Eudoxe, de même que la prédiction des éclipses, calcul redécouvert par Thalès de Milet après son séjour en Égypte, c'était déjà un acquis pour l'élite égyptienne.

Philae, temple englouti

A quand remonte leur calendrier zodiacal ?

RetourBarrepage suivante
Webmaster Graphisme

Notes

L'origine du zodiaque est liée aux douze lunaisons arrondies à 30 jours chacune projetant sur le cercle de 360°. En effet, pendant que le soleil avance de 1 degré par jour, la Lune, elle, avance de 12 degrés. Si bien qu'elle rattrape le Soleil lorsque celui-ci a parcouru 30° depuis la précédente conjonction, autrement dit, chaque nouvelle Lune a lieu 30° plus loin, ces 30° correspondant à 30 jours. En 12 lunaisons le Soleil a parcouru 12 fois 30°, soit 360°. On sait que l'année comptait 360 jours plus 5 jours hors du temps et de l'espace, ce qui permettait de faire coïncider les jours de l'année et les 360° du zodiaque. Et s'agissant d'un zodiaque stellaire, à chaque mois, à chaque douzième de signe correspondaient trois étoiles. retour

Témoignage de Diodore de Sicile : « Le habitants de Thèbes en Égypte se disent les plus anciens des hommes et prétendent que la philosophie et l'astrologie exacte ont été inventées chez eux... Les Égyptiens se vantent aussi d'avoir envoyé des colonies par toute la terre. Belus qu'on croit fils de Neptune et de Libye en mena une à Babylone. On dit qu'ayant fixé son séjour sur les rives de l'Euphrate il institua des prêtres sur le modèle de ceux d'Égypte, qu'il exempta de tous impôts et de toutes charges publiques, et que les Babyloniens les appellent Chaldéens. Ceux-ci s'adonnèrent à l'étude des astres, à l'imitation des prêtres, des naturalistes et des astrologues égyptiens... Ils semblent aussi savoir calculer les éclipses de soleil et de lune de manière à pouvoir en prédire avec certitude tous les détails. » (Diodore de Sicile, l, L.)
« Il n'y a pas de pays où les positions et les mouvements des astres soient observés avec plus d'exactitude qu'en Égypte. Les Égyptiens, profitant de conditions favorables, firent de l'astronomie leur propre science, qu'ils étudièrent les premiers. Ils conservent, depuis un nombre incroyable d'années, des registres où ces observations sont consignées. On y trouve des renseignements sur les mouvements des planètes, sur leurs révolutions et leurs stations; de plus, sur le rapport de chaque planète avec la naissance des animaux, enfin sur les astres dont l'influence est bonne ou mauvaise. En prédisant aux hommes l'avenir, ces astrologues ont souvent trouvé juste; ils prédisent aussi fréquemment l'abondance et la disette, les épidémies et les maladies des troupeaux. Les tremblements de terre, les inondations, l'apparition des comètes et beaucoup d'autres phénomènes qu'il est impossible au vulgaire de connaître d'avance, ils les prévoient d'après des observations faites depuis un long espace de temps. On prétend même que les Chaldéens de Babylone, si renommés dans l'astrologie, étaient des émigrés qui avaient appris leur science astronomique en Égypte. » (Diodore de Sicile, l, LVII, et LXXXI.) Retour

(1) Astrologie, son origine, son histoire, ses symboles, Derek et Julia Parker. Retourla science des Pharaons

(2) Aujourd'hui, l'astrologie séparée de ses bases fondamentales, l'astronomie et les mathématiques, a perdu quelque peu le sens des réalités, oubliant par exemple que pour les Grecs le symbole est une figure qui a son "fondement sur la Raison et sa correspondance dans la réalité". Ainsi l'astrologie, de plus en plus éloignée de l'astronomie, abandonne le ciel étoilé alors que depuis l'Antiquité jusqu'au XVIIIe siècle, les astrologues occidentaux (et encore de nos jours les orientaux) utilisaient les constellations et les étoiles fixes simultanément et obligatoirement avec les signes du zodiaque. Elle décrète que "le ciel des astrologues n'est pas celui des astronomes" et crée ce qu'elle appelle un zodiaque symbolique sans tenir compte de la précession des équinoxes, perdant en même temps que les étoiles le sens même des mots qu'elle emploie. Autre reproche, il concerne la constellation appelée le Serpentaire ou Ophiucus, le porteur de serpent, dont la jambe traverse le zodiaque entre la constellation du Scorpion et celle du Sagittaire. Examinons quand apparaît cette treizième constellation dans l'histoire.
La constellation du serpentaire est mentionnée en grec depuis Eudoxe, IVe siècle avant J.-C., sous le nom d'Ophiucus, celui qui tient le serpent. Quant au nom du Serpentaire, il n'apparaît que bien tardivement au XIe siècle après J-C. Raison bien mince pour compter le Serpentaire comme signe du zodiaque surtout lorsque l'on sait que les constellations du zodiaque telles qu'elles sont parvenues jusqu'à nous n'ont rien à voir avec les douze parties égales du zodiaque de 30" originaires chacune de l'Antiquité. Ce sont les Grecs qui ont introduit l'inégalité des constellations (dont les limites actuelles n'ont été fixées qu'en 1930 !). Le serpentaire est un grand rapace huppé d'Afrique qui se nourrit de serpents...