Titre
Nouvelles Hiéroglyphes
Galerie Biblio
plan du site Liens
Accueil Email

LES HIEROGLYPHES, UN LANGAGE UNIVERSEL

hieroglyphes
  • L’écriture égyptienne fut inventée 35 siècles avant l’ère chrétienne. Ce sont les Grecs qui l'ont appelé ainsi : “écriture sacrée”. Pour désigner leurs hiéroglyphes, les anciens Égyptiens employaient un terme évocateur : « les paroles divines » et ils en attribuaient la création au dieu Thot, Ie dieu à tête d'ibis. Cette belle écriture, l'une des plus anciennes au monde, n'a pas trop varié pendant quatre millénaires, mais depuis la colonisation du pays par les Romains et l'avènement du christianisme, leur sens se perdit. C'est grâce à Champollion qu'on peut les déchiffrer et avancer dans la connaissance de cette civilisation, ses mythes et légendes, sa religion et son administration.

  • Le symbole parle de lui-même. C'est le seul langage universel que l'on connaisse, mais ces signes ne sont pas toujours faciles à interpréter, sachant qu'il y a plusieurs niveaux d'interprétation car il s'agit de signes mystérieux et sacrés d'une très haute civilisation. C'est un autre type d'écriture que celle des tablettes de Sumer, aussi ancienne qu'elle, mais de type sacré. Nous commençons seulement à déchiffrer les hiéroglyphes avec l'aide d'ordinateurs, car c'est extrêmement compliqué. François Champollion n'a réussi à déchiffrer que le sens strictement étymologique des hiéroglyphes, mais non pas celui de la pensée égyptienne considérée dans son aspect ésotérique, laquelle nous permettrait d'entrevoir des solutions à nos problèmes actuels apparemment insolubles.

  • Composé d'idéogrammes, le langage imagé préhistorique n'était pas suffisant pour tout évoquer.
    Ils inventèrent donc l'écriture en  utilisant des phonogrammes (signes évoquant des sons). Par exemple, le dessin de la bouche qui se dit r(o) veut donc dire "bouche", mais aussi Ie son « r ».
    Ainsi, plus de 150 phonogrammes permettront d'écrire tout phonétiquement, absolument tout !
    Ils constituent donc une sorte de syllabaire composé exclusivement de consonnes.
    Certains de ces phonogrammes représentent une seule consonne, d'autres en représentent deux et sont appelés bilitères (bi signifiant deux) ; d'autres encore représentent trois sons et sont appelés trilitères (tri signifiant trois) ou, même, quatre sons, ce sont les quadrilitères. Enfin, comme les voyelles n'étaient pas écrites, bien souvent des mots très différents s'écrivaient, avec ce système d'idéogrammes et de phonogrammes, de la même manière. Par exemple : Ie hiéroglyphe en forme de plan de maison signifie « maison » (idéogramme) et se prononce per (phonogramme bilitère PR). Ces deux consonnes servent à écrire bien des mots. Ainsi, en français, en ajoutant quelques voyelles, on obtient : pur, pair, paire, par, pour, pire, âpre, peur... Les Égyptiens, toujours inventifs, résolurent rapidement ce nouveau problème. Pour préciser Ie sens d'un mot, ils créèrent une troisième sorte de signes : les déterminatifs, c'est-à-dire des signes qui s'ajoutent aux phonogrammes utilisés à la fin de certains mots. Ainsi, ces déterminatifs, qui ne se prononcent pas, précisent à quelle catégorie ce mot appartient. Il en existe plus d'une centaine.

  • Les textes des pyramides forment le plus ancien corpus religieux connu. La littérature de l'Égypte antique est sans doute la plus ancienne littérature écrite attestée à ce jour. Les scribes devaient disposer les hiéroglyphes de façon à gagner de la place et rendre le texte plus joli. Enfin, ils pouvaient écrire dans le sens qu'ils voulaient, à condition d'orienter les hiéroglyphes pour indiquer le sens (de haut en bas par exemple). Avec un vocabulaire riche et une grammaire complexe, iI n'est pas surprenant que les jeunes scribes aient eu besoin de nombreuses années pour apprendre à lire et à écrire les hiéroglyphes. Cet enseignement était rudement difficile. D'où l'importance des scribes.

Le secret des hiéroglyphes

  • Dans la figure la plus élevée de son enseignement, l'ancienne Égypte ne considérait pas que les sciences étaient séparées par des cloisons étanches, car elle reconnaissait l'interdépendance des divers objets d'instruction ; mais elle différenciait les aspects de la science par la position de l'observateur.

    Si nous voulons interpréter sans erreur ses textes et tableaux, nous sommes obligés de nous adapter à ses méthodes, à sa mentalité à l'opposé de la mentalité moderne. En tenant compte de ces deux "extrêmes", nous pourrions exprimer ainsi les "points de vue" essentiels sous lesquels une chose peut être considérée :
    - point de vue biologique: son histoire naturelle, sa genèse, sa constitution, son "devenir" ;
    - point de vue critique analytique: appréciation logique et documentée.
    - point de vue analogique et cosmologique (analogies, signatures, astrologie);
    - point de vue artistique (impressions sensorielles, émotives et harmoniques) ;
    - point de vue mathématique et géométrique (nombres, proportions et leurs combinaisons harmoniques) ;
    - point de vue psycho-spirituel, rapport des états subtils de la matière et de l'être humain ;
    - Point de vue métaphysique, philosophique, causal.

     Les hiéroglyphes véhiculent donc des concepts abstraits inaccessibles à la mentalité moderne, qui est d'un matérialisme et d'un rationalisme paralysant. Ce sont des grands tableaux avec des personnages mythiques et des inscriptions. Les Neter désignent les plus grands principes divins, les "dieux" égyptiens, mais ils n'étaient pas des idoles, comme l'ont cru les juifs qui ont écrit la Bible judéo-chrétienne.

  • Les Égyptiens utilisaient aussi une écriture discursive pour les usages courants,  dite hiératique, laquelle a subi des variations au cours des siècles (comme dans toutes les langues).  Sous les Ptolémée, elle est l'écriture des livres et fut utilisée sur les pierres des monuments, spécialement sur les stèles commémoratives et funéraires.Le démotique... On a cherché à établir un alphabet de 22 lettres, mais cela ne permet pas de lire tous les signes, il y en a plus de 700 en réalité à l'époque classique (-2052 à -1778) et plusieurs milliers à l'époque ptolémaïque ! Forme scripturale populaire dérivant du hiératique, le démotique exprime le langage parlé et il n'apparait que vers 600 avant J.C.

RetourBarrePage suivante
Graphics Webmaster

Thot, l'initiateur Thot, l'initiateur

Avec sa tête d'ibis, Thot était Ie dieu protecteur des scribes, Ie dieu qui mesure, calcule le temps, l'inventeur du calendrier comme de l'écriture, le premier magicien. En effet, les Égyptiens ne faisaient pas de distinction entre I'écrit et la chose : écrire Ie nom d'une chose, c'était créer réellement cette chose ! Ils savaient que leurs signes sacrés avec toutes ces images de dieux et de déesses étaient des symboles puissants. Cet oiseau d'Afrique au long bec pour pêcher les poissons symbolisait sans doute l'efficacité à atteindre son but, et donc une certaine maîtrise. Retour

Note. Neter désigne un grand principe divin, et ce mot est traduit couramment par le mot "dieu", mais il a une fonction spéciale, un peu comme un idéal.

SCRIBES. Les scribes faisaient donc partie de l'élite, soit pour le Temple (où ils devaient être initiés), soit pour les affaires (ils servaient de notaires et de comptables en rédigeant les actes de vente). Il y avait aussi des intendants,  des magistrats et toute une bureaucratie. Retour

SUMER. 4000 ans avant notre ère, les Sumériens ont mis au point un procédé mnémotechnique utilisant des picto-idéogrammes gravés sur des tablettes d'argile. Au fil du temps et de leurs transformations successives, ces signes prirent la forme d'un alphabet, c'est-à-dire que l'écriture cunéiforme n'est apparue que cinq ou six siècles plus tard. Retour en haut