Titre
Nouvelles Hiéroglyphes
Galerie Biblio
plan du site Liens
Accueil Email

La vallée du Nil

Vallée du Nil

« L'Égypte est un don du Nil » (Hérodote)

  • Le Nil est la seule source d'eau dans ce pays où il ne pleut jamais, du moins dans l'Antiquité.... Pour développer l'agriculture les Anciens Égyptiens avaient creusé un ingénieux système de canaux d'irrigation pour utiliser l'eau du Nil. La culture du blé commence au néolitique et parvient jusqu'en Égypte... Au temps des pharaons, l'Égypte était devenue le grenier à blé du monde antique.

  • La culture du blé dans la vallée du Nil donnait une variété extraordinaire connue sous le nom de triticum turgidum ou "triple épi" et donnant plus de 100 grains à l'épi ! Le levain, la pâte acide qui se forme au cours du processus de fermentation, fut inventé par les Égyptiens de l’Antiquité, qui découvrirent ainsi un ingrédient important du pain. Le métier de boulanger était connu des Égyptiens il y a 4800 ans déjà, et d'ailleurs, un des plus anciens chapitres du Livre des morts parle de pain et de vin consacré.

  • Jadis, le limon du Nil apportait la fertilité à la terre d'Égypte, mais Nasser a fait construire le grand barrage d'Assouan qui a mis fin aux crues du Nil, délaissant l'agriculture au profit de l'industrie. Par la publicité, les paysans furent incités à utiliser des engrais chimiques coûteux, ce qui est une véritable catastrophe à tous points de vue. Et puis on a rajouté toute une panoplie de produits chimiques "phytosanitaires". Une plaie pour l'Égypte.

  • Les temps ont bien changé depuis que le barrage d'Assouan maintient à un niveau constant le Nil en Basse-Égypte. Une des conséquences, parmi tant d'autres, au point de vue écologique, est la disparition de la pêche dans la Méditerranée du sud-est ; les poissons qui se nourrissaient de l'apport très riche des alluvions du Nil, en période de crue, ont disparu. L'industrie de pêche locale est ruinée, mais il y a plus grave encore. Le Nil restant à un niveau constant, les cultures riveraines sont irriguées d'un bout de l'année à l'autre. Cela devait faire la fortune des paysans, et c'est bien ce qui a motivé la construction du barrage. Le résultat est pourtant tout autre. Pendant des milliers d'années, le Nil s'asséchait l'hiver, ce qui avait pour conséquence d'assainir les canaux d'irrigation des cultures et de les débarrasser ainsi de la bilharziose. Or, depuis que le barrage d'Assouan a été construit, la bilharziose a augmenté dans des proportions catastrophiques. 70 % des habitants de Basse Égypte en sont atteints. Le niveau de vie ne dépasse pas 27 ans pour les femmes, 25 ans pour les hommes. L'ensemble de la population est malade, ce qui nécessite l'emploi d'une main d'œuvre venant de Haute Égypte où la bilharziose est inconnue.

  • L'Égypte actuelle, sans les crues du Nil, a bien du mal à survivre depuis que de gigantesques barrages ont été construits sur le Nil. Les ressources en eau vont devenir insuffisantes, et avec la pollution due aux engrais et traitements chimiques du sol, comment avoir de l'eau potable ? Les terres du Delta, autrefois si riches en alluvions, ne sont plus cultivables, à cause de l'infiltration de sel de mer. La mer ronge les côtes, et des plages ont déjà disparu...

RetourBarrepage suivante
webmaster Graphisme

Note sur le pain

Le blé actuellement cultivé est une variété dégénérée qui provient des méthodes de culture intensive moderne. La stagnation inquiétante des rendements du blé (due au réchauffement climatique) et la raréfaction des variétés cultivées, tout aussi préoccupante, sont la conséquence de la dégradation des sols en humus par les traitements chimiques (pesticides, défoliants, herbicides). L'intensification de la production se double d'une prise de risque en matière de biodiversité.

Le pain bourré de gluten est mal toléré. Le pain sans levain ne vaut rien. Le séquençage du génome du blé est un travail d'une complexité considérable. Citoyen, il faut réagir ! Retour texte

La bilharziose est une petite bête microscopique qui vient pondre dans le foie des humains. Il en résulte un dépérissement rapide (perte de tonus, avachissement de la volonté).