Titre
Nouvelles Hiéroglyphes
Galerie Biblio
plan du site Liens
Accueil Email

Muses fardées et parfumées

  • Au temps des pharaons, se farder était un geste courant. De même pour les parfums qui étaient d'un usage courant pour les fêtes et les cérémonies. En effet, il apparaît aujourd'hui que les Égyptiens, 3000 ans avant notre ère, maîtrisaient l'art de la chimie et savaient parfaitement synthétiser fards et autres khols à paupières, contenant de la laurionite (PbOHCI) et de la phosgénite (Pb2CI2CO). Très rares, ces dérivés de l'oxyde de plomb n'ont pas une origine naturelle. Ils ne peuvent pas plus être Ie résultat d'une contamination ou d'une altération des poudres cosmétiques car ces dernières sont très bien conservées. Seule solution : ils sont issues des creusets des chimistes Égyptiens (selon une étude de Philippe Walter, chercheur au CNRS). Le premier parfum date du néolitique en phase terminale !

  • Ancune autre civilisation antique ne possédait un tel savoir et un tel raffinement. Dans l'Égypte ancienne, l'art du maquillage servait à embellir et à rajeunir ; en même temps c'était un signe de richesse. Cléopâtre et Nefertiti sont les représentantes les plus célèbres de cet idéal de beauté. L'Egyptienne utilisait de la malachite verte et du cuivre rouge pour les paupières et de la poudre de granite, de la poudre de plomb ou de la suie grasse pour les sourcils et le coin des paupières. Les yeux étaient soulignés par un trait noir de kajal. Les Egyptiens désignaient ce kajal, fait de poudre de cristaux, du nom de stim ou de mastim, ce qui signifiait « matière qui fait parler les yeux ». A cette époque, le maquillage ne s'arrêtait pas au cou. Etant donné que les vêtements étaient en toile fine, on passait sur tout le corps une base de teint claire, voire blanche. L'Egyptienne dessinait de petites veines avec des traits sombres pour donner à la peau un aspect tendre et transparent.

flacons de fard Flacons à fards
Retour Barre Page suivante

La manière dont les Egyptiens se maquillaient eut un grand retentissement dans la Grèce antique. Les hommes et les femmes de cette région utilisaient aussi des couleurs, des pommades et des parfums. Comme en Égypte, on utilisait des couleurs claires pour la peau et on se maquillait les yeux et les lèvres. Ceux qui prenaient soin de leur personne, se faisaient maquiller par un «cosméticien».
Palette de Narmer

webmasterGraphisme